COMMANDER NOTRE DVD
Ce champ est invalide

Qu'est ce que le barème de capitalisation ?

1. Qu'est ce que le barème de capitalisation ?

Un barème de capitalisation permet d’évaluer des préjudices viagers, repose sur deux paramètres (une table de mortalité et un taux d’intérêts) desquels découle un « euro de rente», c’est-à-dire un coefficient multiplicateur qui permet de chiffrer un préjudice après application à une base de calcul (une perte de revenus annuelle, une rente tierce personne annuelle par exemple).
Et, surtout, on indiquera que plus le taux d’intérêt est faible, plus l’euro de rente est élevé et, partant, meilleure est l’indemnisation. Les assureurs français l’ont bien compris car ils capitalisent leurs provisions techniques avec des taux réels d’environ 1 % alors qu’ils demandent aux juges d’utiliser un taux de 3, 22 % pour les victimes !

Perte de gains professionnels futurs

Le débat relatif au barème de capitalisation agite les acteurs de l’indemnisation à nouvelle actualisation de ce dernier. Il porte sur l’outil le plus adapté pour convertir un règlement échelonné dans le temps (une rente par exemple) en un capital immédiat. Malgré la résistance des assureurs, les tribunaux optent les uns après les autres pour le barème dit « de la Gazette du Palais » de 2016 qui est désormais le plus favorable aux victimes. En savoir plus



actualités juridiques

27

05/19

Pour cette catégorie de victime, la nomenclature Dintilhac propose une liste de postes de préjudices indemnisables qui varient selon...

Lire la suite
actualités sociales

18

07/18

Dans un baromètre réalisé par l’IFOP (Institut Français d’Opinions Publiques) pour l’Association des...

Lire la suite
à la une

17

05/19

La présence sans restriction de l’avocat en expertise Un choix souverain de la victime opposable à tous les acteurs de...

Lire la suite

05

04/19

La sécurité routière a annoncé, pour le mois de février 2019, une hausse de la mortalité routière...

Lire la suite
Toutes les actualités
Vous souhaitez nous contacter pour un préjudice corporel, cliquez ici